lesoirimmo

Les Belges s’offrent une petite coupe. A consommer avec modération…

Les Belges s’offrent une petite coupe. A consommer avec modération…
Belga.

Avant on rêvait de plages de sable fin, de plongeons dans une lagune ou d’ascensions de sommets neigeux. Mais aujourd’hui, le bonheur absolu se trouve au fond d’un bac de lavage, au bout d’une paire de ciseaux ou du pinceau d’une coloration. La vie ne tiendrait-elle qu’à un cheveu ? On a en tout cas fermé « nos » salons au motif qu’ils risquaient de participer à la propagation de l’épidémie et aujourd’hui qu’on les rouvre, c’est comme si on nous sortait du tombeau.

Il y a un an, personne n’aurait pu nous faire croire qu’aller chez le coiffeur ne nous serait permis qu’après de longs mois, de très pointilleux rapports d’experts et de longs bras de fer politiques. La bataille des coiffeurs aura, c’est sûr, sa place dans les livres d’Histoire belge…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct