Le Pentagone défend l’Amérique, pas le capitalisme à l’américaine

Le bâtiment du Pentagone, à Arlington, en Virginie.
Le bâtiment du Pentagone, à Arlington, en Virginie. - REUTERS.

L’attaque est frontale contre « une manière américaine de faire des affaires, qui privilégie la rémunération des actionnaires à court terme (au détriment de l’investissement en capital à long terme), la désindustrialisation et une vision abstraite et radicale du libre-échange ».

Mais qui donc est à l’offensive ? Ne cherchez pas du côté de la gauche américaine ou des « altermondialistes », ni un lien avec la saga GameStop.

C’est le Pentagone – l’armée américaine, donc – qui mène la charge, identifiant, dans un rapport remis le mois passé au Congrès, le capitalisme financiarisé comme l’un des plus grands risques pour la sécurité nationale des Etats-Unis.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct