Stefano Mazzonis, un fidèle serviteur de son art

Stefano Mazzonis di Pralafera et Speranza Scappucci dans la grande salle de l’Opéra royal de Wallonie.
Stefano Mazzonis di Pralafera et Speranza Scappucci dans la grande salle de l’Opéra royal de Wallonie. - ORW

À sa nomination en 2006, Stefano Mazzonis, qui arrive du fameux Teatro communale de Bologne, est un inconnu pour le public belge. D’emblée, il annonce son ambition : rehausser le niveau musical de l’orchestre et du chœur (ce qu’il réalise grâce à l’action du maestro Paolo Arrivabeni et du chef de chœur Marcel Seminara), faire venir à Liège de grands interprètes, particulièrement dans le répertoire italien (Ruggiero Raimondi, Leo Nucci et Patricia Ciofi…) et ouvrir l’opéra à un nouveau public, particulièrement les jeunes. Après quelques années, ceux-ci représentent plus d’un tiers du public, une performance qui n’a que peu d’équivalents sur la scène européenne. Parallèlement, Mazzonis, mû par un sens pointu du marketing a compris que les retransmissions sur le net des spectacles constituent un secteur d’avenir et y inscrit très tôt des réalisations de l’ORW.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct