La transparence fiscale, c’est possible si on la garantit à 100%

La transparence fiscale, c’est possible si on la garantit à 100%
Pierre-Yves Thienpont

Depuis la publication des Luxleaks, il y a 7 ans, un tabou est tombé : les États ne sont pas fatalement impuissants face à l’ingéniosité fiscale. Il « suffit » de mettre des règles, des moyens et de ne jamais renoncer ou croire qu’on y est arrivé.

L’UBO pour « Ultimate Beneficial Owner » est un des instruments nés de cette nouvelle détermination dans la lutte contre le blanchiment. Chaque État de l’Union européenne doit ainsi depuis 2017 se doter d’un registre permettant d’identifier ceux et celles qui se trouvent réellement derrière toute entité juridique. Mais la publication des « Panama Papers » par un consortium d’investigation dont « Le Soir » fait partie, démontre en 2018 la nécessité de compléter le dispositif, ce que fait une nouvelle directive qui rend alors obligatoire l’accès du grand public à ce fameux registre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct