Grand froid: à Bruxelles, les centres d’accueil de nuit quasi à saturation

Pour les personnes qui dorment en rue, il y a un vrai risque d’hypothermie, qui peut être fatale.
Pour les personnes qui dorment en rue, il y a un vrai risque d’hypothermie, qui peut être fatale. - hatim kaghat.

Les équipes de l’ASBL Infirmiers de rue se mettent en route ce lundi après-midi. En maraude à Bruxelles, par des températures glaciales, -4º aujourd’hui, jusqu’à -10º cette semaine, pour assurer le suivi médical et social de leurs patients sans-abri. « On fait attention aux personnes comme d’habitude », explique Koen Van den Broeck, chargé de communication. « On regarde comment elles vont et on prodigue les soins nécessaires. Mais on est plus vigilant aux syndromes d’hypothermie. Dès qu’on voit des signes, on appelle l’ambulance, parce que ce sont des personnes plus sensibles et qu’elles ne sont pas toujours conscientes des risques qu’elles encourent. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct