Didier Pittet, l’homme qui a mis le gel hydroalcoolique à la portée de tous

Pour Didier Pittet, chacun devrait utiliser une bouteille de gel hydroalcoolique par semaine.
Pour Didier Pittet, chacun devrait utiliser une bouteille de gel hydroalcoolique par semaine. - Louis Brisset.

Tout est né d’une obsession. Débarrasser l’hôpital des infections nosocomiales, cette épidémie souvent sournoise et parfois mortelle qui transforme les soignants en contaminateurs. Lorsqu’il se lance ce défi dans les années 90, Didier Pittet, infectiologue et épidémiologiste à l’hôpital de Genève, n’imagine pas les retombées mondiales de son combat. « Ces maladies se transmettent par les mains lavées insuffisamment et pas de manière efficace, explique-t-il. Le problème pour les soignants est que se laver les mains avec de l’eau et du savon prend du temps. Et qu’il n’y a pas toujours du matériel à proximité lorsque l’on doit faire une intervention. Le principe du gel hydroalcoolique existait déjà mais, avec mon collègue pharmacien William Griffiths, on a réadapté la formule pour la rendre plus efficace mais aussi moins agressive pour les mains des soignants. L’idée était de faire gagner du temps aux soignants. Nous voulions une solution efficace en moins de 15 secondes de friction.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct