André-Pierre Gignac, l’œil du tigre

@AFP
@AFP

Une lueur dans le regard. Celle d’un guerrier, d’un passionné. D’un footballeur avide de revanche, cinq ans après un véritable trauma, vécu au stade de France. 10 juillet 2016 : les Bleus, battus par le Portugal en finale de « leur » Euro (0-1), sont dévastés. André-Pierre Gignac pleure toutes les larmes de son corps, conscient qu’il est passé à quelques centimètres de devenir un véritable héros national. L’ancien attaquant de l’Olympique de Marseille, monté au jeu à la place d’Olivier Giroud, a eu une occasion en or avant les prolongations… mais sa frappe a heurté le poteau de Rui Patricio. « J’en fais des cauchemars, cette action va me hanter toute ma vie », racontait Gignac, quelques mois après cette terrible désillusion.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct