Les dernières usines à chiots vont devoir fermer leurs portes

Trop souvent, dans les animaleries de Wallonie, les chiots sont issus d’élevages peu scrupuleux des pays d’Europe de l’Est. Chez nous, ils grandissent en étant trop nombreux dans des espaces trop petits.
Trop souvent, dans les animaleries de Wallonie, les chiots sont issus d’élevages peu scrupuleux des pays d’Europe de l’Est. Chez nous, ils grandissent en étant trop nombreux dans des espaces trop petits. - Reuters.

Les usines à chiots, je n’en veux plus. » Ce mardi, en commission du bien-être animal du parlement de Wallonie, la ministre de tutelle Céline Tellier (Ecolo) a fait preuve de fermeté. « Les animaux sont des êtres sensibles et en aucun cas des jouets. Le cadre légal actuel est trop faible. Mon administration travaille actuellement à la rédaction d’un texte qui sera soumis à la concertation dans les prochaines semaines. Ma priorité est de mettre fin à ces pratiques inacceptables. » Une fois cette nouvelle loi votée, c’en sera terminé des animaleries sur le sol wallon, contrairement à ce que prévoit actuellement le code wallon du bien-être animal.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct