Demi-fond francophone: est-ce par hasard?

Dans un peu moins d’un mois, à l’Euro en salle de Torun, il y aura, avec Eliott Crestan (800 m), Oussama Lonneux (1.500 m) et Elise Vanderelst (1.500 m), pas moins de trois spécialistes francophones du demi-fond au départ. Et s’il ne s’était pas blessé au mois de janvier, Ismaël Debjani (1.500 m) les aurait probablement accompagnés. Cherchez l’erreur !

Alors que l’on pensait que les Européens n’avaient plus rien à gagner dans cette spécialité où les Africains font la loi depuis longtemps, ces athlètes démontrent – certes sans atteindre le niveau des meilleurs mondiaux – qu’il y a encore de la place, à côté des épreuves plus « techniques » comme le sprint, les haies ou les concours, pour des athlètes motivés pour les distances « moyennes ». Les frères norvégiens Ingebrigsten ne disent pas autre chose !

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct