«Manifestants et rebelles ont le même ennemi: l’armée birmane»

La couleur rouge, les trois doigts levés et l’effigie d’Aung San Suu Kyi: les manifestants birmans sont déterminés.
La couleur rouge, les trois doigts levés et l’effigie d’Aung San Suu Kyi: les manifestants birmans sont déterminés. - Reuters

ENTRETIEN

Dix jours après le coup d’Etat du 1er février en Birmanie, la résistance populaire ne faiblit pas. Décodage avec Frédéric Debomy, auteur de plusieurs ouvrages sur la Birmanie dont « Aung San Suu Kyi, Rohingya et extrémistes bouddhistes », aux éditions Massot.

Comment expliquer la détermination de la population birmane qui brave les militaires pour réclamer le retour du gouvernement civil ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct