Une première action syndicale du non-marchand au centre gériatrique Scheutbos à Molenbeek

L'arrêt de travail de ce jeudi avait lieu en musique et en animations. Une cinquantaine de travailleurs et représentants syndicaux étaient réunis dans la cour du centre Scheutbos.

Des négociations sur la revalorisation du non-marchand bruxellois ont été entamées le 21 janvier dernier avec le gouvernement bruxellois, mais le budget n'est pas suffisant, selon les formations syndicales.

Les syndicats demandent une revalorisation de 100 millions par an dès 2021, visant à financer une augmentation salariale de 6% pour l'ensemble des travailleurs du non-marchand. Or, le refinancement prévu tourne autour des 7,5 millions en 2021, 15 millions en 2022, 22 millions en 2023 et 30 millions en 2024, soit un total d'environ 75 millions sur quatre ans.

"Une augmentation salariale de 6%, ça coûte déjà 60 millions d'euros. Nous pensons qu'ils envisagent l'augmentation des barèmes pour les maisons de repos uniquement et nous revendiquons que ce soit pour l'ensemble des métiers du secteur", explique Vinciane Convens, secrétaire permanente CNE.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct