lesoirimmo

Vie privée: la Ligue des droits humains veut l’annulation d’un arrêté ministériel problématique

L’ONSS est doté de moyens étendus – notamment un tout neuf accès à des données de santé, particulièrement sensibles – pour «tracer» les travailleurs, au moyen d’outils algorithmiques complexes.
L’ONSS est doté de moyens étendus – notamment un tout neuf accès à des données de santé, particulièrement sensibles – pour «tracer» les travailleurs, au moyen d’outils algorithmiques complexes. - Idriss Bigou-Gilles.

Le 21 janvier, Le Soir révélait un mystérieux « article 8 » passé inaperçu dans l’arrêté ministériel « covid » publié neuf jours plus tôt. Un texte vague, trop vague pour la Ligue des droits humains (LDH), parce qu’il porte spécifiquement sur le traitement et l’utilisation par l’Etat de vos précieuses données personnelles, y compris de santé. L’ONG vient donc de déposer un recours en annulation devant le Conseil d’Etat, une procédure qui vise à « effacer » à terme l’acte administratif.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct