L’enfer blanc, pas le paradis

Ragnar Jonasson, en pleine forme.
Ragnar Jonasson, en pleine forme. - Haraldur Gudjohnson.

L’an dernier encore, le très populaire auteur de polar islandais Ragnar Jonasson publiait deux livres, deux enquêtes mettant en scène d’une part, à Siglufjördur, son inspecteur Ari Thor (Siglo), et d’autre part, à Reykjavik, l’enquêtrice Hulda Hermansdottir (L’île au secret). C’est cette dernière que l’on retrouve dans le dernier tome de sa trilogie. Un dernier volet se déroulant vingt-cinq ans avant La dame de Reykjavik et dix ans avant L’île au secret. Hulda, la quarantaine, a de gros soucis, non pas au bureau où son chef la sachant fragile, se montre plutôt compatissant, mais bien à la maison où, entre le comportement évasif de son mari Jon et la crise d’adolescence de sa fille Dimma, elle ne sait plus que penser. Le mutisme de Dimma est plus grave qu’il n’y paraît et Hulda a bien du mal à se concentrer sur les affaires en cours, comme cette disparition mystérieuse de la jeune Hunnur qui a décidé de s’offrir, sac sur le dos, une année sabbatique à faire le tour du pays.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct