Bruxelles: la deuxième vague fait exploser la précarité dans toutes les communes

Les demandes affluent dans les CPAS: aides pour honorer le loyer et les factures, ou pour payer ses repas.
Les demandes affluent dans les CPAS: aides pour honorer le loyer et les factures, ou pour payer ses repas. - PHOTONEWS.

Il n’y a aucune honte à venir demander de l’aide au CPAS. La crise qu’on traverse est hors du commun. Il faut que les personnes qui n’arrivent plus à nouer les deux bouts osent pousser notre porte. » C’est Fabienne Henry qui parle, présidente (Défi) du Centre public d’aide sociale de Woluwe-Saint-Lambert, où le revenu moyen par habitant est le cinquième plus élevé de la région… Et pourtant, ses services assistent, ces dernières semaines, à une explosion des dossiers. Des demandes, plus classiques, de revenu d’intégration sociale (RIS) – alors que le nombre de bénéficiaires woluwéens était resté stable en 2020 (1.335), cent nouveaux dossiers ont été enregistrés depuis le début 2021. « Mais ce qu’on voit surtout, ces derniers jours, ce sont des demandes d’aides sociales financières : les gens n’arrivent plus à payer leurs loyers, leurs factures de gaz ou d’électricité, s’inquiète Fabienne Henry. Un peu comme s’ils avaient vécu sur leurs réserves, jusqu’ici, ou bénéficié de solidarité familiale.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct