Rapport annuel de la BNB - L'immobilier résidentiel reste un point d'attention pour la Banque nationale

Les "vulnérabilités" du marché immobilier belge sont connues: niveau d'endettement élevé des ménages

et forte exposition des banques, qui se livrent une concurrence féroce, dans un contexte de prix en constante augmentation. Or, "on continue à observer une hausse et même une accélération de la hausse des prix immobiliers", constate le gouverneur, Pierre Wunsch.

Celui-ci reconnaît qu'il s'agit d'une conséquence malheureuse de la politique monétaire accommodante de la BCE, et des taux bas, qui poussent certains investisseurs à la recherche de rendement à se tourner vers l'immobilier, avec le risque d'y créer une bulle. Mais la politique en matière d'aménagement du territoire, "pour plein de bonnes raisons" par ailleurs, contribue aussi à cette hausse des prix, souligne-t-on.

Toujours est-il que cette inflation des prix immobiliers pose "un problème sociétal" et soulève la question de l'accès au logement, selon Pierre Wunsch.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct