Pour Chick Corea, la musique était une question d’échange

Le pianiste de jazz Chick Corea est mort d’une forme rare de cancer à l’âge de 79 ans.
Le pianiste de jazz Chick Corea est mort d’une forme rare de cancer à l’âge de 79 ans. - EPA

Chick Corea, c’est d’abord le jeune pianiste qui gravait ses harmonies électriques sur Filles de Kilimandjaro, Bitches Brew, In a silent way, de Miles Davis. C’est ensuite le pianiste curieux, fusion jazz-classique-latino, de Return to forever. Il a beau avoir joué avec tout le monde ou quasi, Herbie Hancock, Gary Burton, John McLaughlin, Pat Metheny, les Brecker, Lee Konitz, Joe Henderson, c’est de ces deux périodes-là dont on se souvient d’abord. Avec un grand enthousiasme. Mais sans nostalgie. Chick Corea est resté jusqu’au bout une pointure du monde du jazz. Et il nous a offert des albums formidables, duo deux pianos avec Stefano Bollani, duo piano vibraphone avec Gary Burton (on les avait vus à Flagey en avril 2012), et puis The Vigil, album sorti en 2013, qui groovait et rockait comme dans les années 70. Et cet Antidote, de 2020, meilleur album de jazz latin aux Grammy Awards.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct