René-Victor Pilhes, l’imprécateur s’en est allé pour de bon

René-Victor Pilhes.
René-Victor Pilhes.

Ses proches ont préféré attendre l’inhumation, qui a eu lieu jeudi au cimetière de Meudon, pour annoncer la mort de l’auteur de L’imprécateur. René-Victor Pilhes est décédé le 6 février, samedi dernier, à l’âge de 86 ans.

René-Victor Pilhes était un écrivain du délire. Il n’aimait rien tant que les débordements. Dans L’Imprécateur, Prix Femina en 1974, il avait mis en scène le monde de la finance et du capitalisme. C’est un roman qui m’avait beaucoup impressionné, parce que l’auteur y partait de rien, les missives d’un mystérieux imprécateur, une lézarde dans le béton du sous-sol de l’entreprise, pour atteindre la survie même de la filiale française de Rosserys & Mitchell, la plus grande entreprise de l’histoire du monde, multinationale consacrée à la fabrication d’engins agricoles. Les diatribes de l’imprécateur sont distribuées à l’ensemble des employés, visant les dirigeants de l’entreprise et les fondements même du capitalisme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct