Rénovation des bâtiments scolaires: «Le public n’a pas à financer des bâtiments privés»

Hervé Parmentier, secrétaire général adjoint du Centre d’action laïc.
Hervé Parmentier, secrétaire général adjoint du Centre d’action laïc. - BELGA.

Sans surprise, les lobbys de l’enseignement officiel ont réagi cette fin de semaine aux propos d’Etienne Michel, directeur général du Segec, le lobby de l’enseignement libre catholique. Pour mémoire, ce dernier dénonçait dans Le Soir du 11 février la clef de répartition de l’enveloppe européenne destinée à la rénovation des bâtiments scolaires (300 millions) dans le cadre du plan de reprise. « Le gouvernement a mis sur la table une proposition inacceptable : 58,6 % des fonds seraient réservés au seul réseau officiel WBE qui scolarise 15 % des élèves, 22,9 % pour l’officiel subventionné (35 % des élèves) et 18,5 % pour les réseaux libres confessionnels ou non (50 % des élèves) ». Pour le Segec, la proposition est contraire au prescrit constitutionnel qui garantit un traitement équitable entre les élèves.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct