La jeune génération porte l’espoir de la contestation birmane

A Rangoun, bravant les menaces de l’armée, les manifestants se sont notamment rassemblés devant le siège de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d’Aung San Suu Kyi.
A Rangoun, bravant les menaces de l’armée, les manifestants se sont notamment rassemblés devant le siège de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d’Aung San Suu Kyi. - AFP

Moins nombreux mais toujours debout. Des manifestants pro-démocratie sont de nouveau descendus dans les rues ce lundi en Birmanie, malgré l’intensification de la répression par la junte qui a déployé des troupes dans le pays. Pour rappel, les généraux putschistes et leur chef Min Aung Hlaing contestent la régularité des législatives de novembre, massivement remportées par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d’Aung San Suu Kyi. Ils affirment avoir pris le pouvoir en respectant la Constitution et réfutent l’emploi de l’expression « coup d’Etat ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct