La ZAD d’Arlon fait parler ministres et parlementaires

La sablière et ses fleurs protégées restent au coeur de visions inconciliables.
La sablière et ses fleurs protégées restent au coeur de visions inconciliables. - D.R.

Cela fait 16 mois que l’ex-sablière du quartier de Schoppach est devenue la « zablière », occupée par des zadistes d’ici et d’ailleurs. Ceux-ci ne veulent pas que ce territoire de 30 hectares devienne un parc d’activités économiques comme le souhaitent l’intercommunale de développement économique Idélux et la Ville d’Arlon, mais qu’elle redevienne un espace de valeur biologique recelant des espèces rares et protégées. On est évidemment aux antipodes des deux visions.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct