France: la loi contre le séparatisme, une arme à double tranchant

Le président Macron est convaincu que c’est face à Marine Le Pen qu’il se retrouvera en 2022 comme en 2017, au second tour de la présidentielle.
Le président Macron est convaincu que c’est face à Marine Le Pen qu’il se retrouvera en 2022 comme en 2017, au second tour de la présidentielle. - Photo News.

C’était censé être un texte historique qui, sans remettre en cause le pilier républicain français de la loi de 1905 sur la laïcité, prendrait à bras-le-corps le problème du communautarisme. Au final, le projet de loi adopté ce mardi en première lecture à l’Assemblée nationale n’a pas provoqué la déflagration attendue. Et pour cause. Il n’est plus question d’un texte « contre le fondamentalisme islamiste » mais plus sagement d’une loi « confortant les principes républicains ». Les sujets les plus sensibles ont été prudemment écartés, comme celui du port du voile. Et les mesures les plus hardies seront précautionneusement assorties d’une période de transition.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct