Un budget doublé pour les fédés

La Fédération internationale de judo (FIJ) a mis le paquet pour que son sport continue d’exister en cette période de covid en mettant sur pied un calendrier ambitieux jusqu’aux Jeux. Pour le Grand Chelem de Tel-Aviv, qui a lieu de jeudi à samedi, elle a affrété deux charters, l’un partant de Paris, l’autre d’Istanbul pour que les judokas restent dans leur bulle et puissent rejoindre Israël sans encombres à l’heure où l’aéroport Ben Gourion avait été fermé.

Mais tout cela a un coût… que doivent assumer les fédérations nationales. « Par rapport à l’an dernier, notre budget a pratiquement doublé », précise Cédric Taymans, le directeur sportif francophone. « Il y a non seulement le coût de l’avion, qui est bien plus élevé, mais également le fait que nous n’avons pas pu partir ni ne pourrons revenir en décalé. Tout le monde est parti et reviendra en même temps et logera donc pendant 6 nuits à environ 200 euros/nuit… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct