150 ans de l’unité allemande: les empires ont la vie dure à l’ombre des statues d’Otto von Bismarck

Un char allemand de la Kfor dans les rues de Prizren, au Kosovo. Rompant avec la prudence observée au plan militaire depuis 1945, l’Allemagne s’était engagée en 1999 dans cette mission de maintien de la paix sous le commandement de l’Otan.
Un char allemand de la Kfor dans les rues de Prizren, au Kosovo. Rompant avec la prudence observée au plan militaire depuis 1945, l’Allemagne s’était engagée en 1999 dans cette mission de maintien de la paix sous le commandement de l’Otan. - Reuters

Entretien

On l’imagine aristocrate prussien, moustache sévère et casque à pointe, très fin de siècle. Pourtant, Otto von Bismarck (1815-1898) est un personnage bien actuel. Son héritage a traversé les 150 ans qui nous séparent de la proclamation de l’empire allemand le 18 janvier 1871 dans la Galerie des Glaces du château de Versailles. Le chancelier du Reich n’est pas seulement le bâtisseur de l’unité allemande : il a planté les bases d’une puissance qui déclenchera bien après sa mort deux guerres mondiales, avant qu’elle ne choisisse la voie pacifique de l’unité européenne.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct