Sophie Wilmès réagit à la proposition d’Annelies Verlinden: «Considérer Bruxelles comme une sous-entité n’est pas une option»

Sophie Wilmès réagit à la proposition d’Annelies Verlinden: «Considérer Bruxelles comme une sous-entité n’est pas une option»
Photo News

La suggestion de réforme de l’Etat formulée par Annelies Verlinden (CD&V) et basée sur un « modèle 2+2 » a été très mal accueillie par les partis francophones mercredi soir. Face à la bronca, le cabinet de la ministre de l’Intérieur et des réformes institutionnelles a envoyé un nouveau communiqué de presse dans la soirée précisant que l’intention était de débattre d’un modèle « 2+2 » ou d’un modèle « à quatre entités ».

Dans un premier document envoyé aux rédactions en prévision de la conférence qu’elle allait donner dans l’après-midi à l’UGent, le cabinet d’Annelies Verlinden indiquait que la ministre allait suggérer une réforme de l’Etat sur base d’un « modèle 2+2 » avec deux entités fédérées (’deelstaten’ en néerlandais, Flandre et Wallonie) et deux sous-entités (’deelgebieden’, Bruxelles et la partie germanophone Ostbelgien). Le terme ’sous-entité’ n’a pas été prononcé oralement par la ministre à Gand.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct