Italie: Mario Draghi veut «reconstruire» le pays

«L’unité n’est pas une option, c’est un devoir», a insisté Mario Draghi.
«L’unité n’est pas une option, c’est un devoir», a insisté Mario Draghi. - EPA

L’unité n’est pas une option, c’est un devoir ». C’est par cette évocation solennelle, presque une exhortation à la réconciliation, que Mario Draghi a conclu sa première allocution au Parlement italien, dans laquelle il a ébauché les grandes lignes de son programme de gouvernement. Et bien que, sans trop de surprise, le Sénat lui ait accordé sa confiance dès mercredi, suivi ce jeudi soir par la Chambre des députés - 535 voix pour, 56 contre et 5 abstentions -, le Premier ministre sait qu’il sera contraint d’œuvrer sur un terrain miné. Son nom fait l’unanimité mais les rivalités qui traversent l’univers politique, épuisé par le fléau épidémique et le poids de ses propres contradictions, seront difficiles à guérir.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct