Etudes supérieures: la FEF réclame une diminution du minerval

Etudes supérieures: la FEF réclame une diminution du minerval

Une étude menée en 2019 à la demande du ministre Jean-Claude Marcourt (PS) évaluait qu’un étudiant sur trois était confronté à la précarité objective. Depuis, la pandémie est passée par là, faisant craindre que le phénomène s’est encore aggravé. Face au grand nombre d’étudiants touchés par cette détresse, l’actuelle ministre de l’Enseignement, Valérie Glatigny (MR), a chargé en décembre dernier l’ARES de proposer des mesures concrètes contre la précarité. La Fédération des étudiants francophones (FEF), jugeant que les principaux intéressés devaient avoir voix au chapitre, a demandé à ceux-ci quelles étaient leurs propositions pour lutter contre la précarité.

Cinq pistes majeures se dégagent de l’enquête. La première concerne le minerval : plus de 80% des étudiants interrogés estiment que la diminution des droits d’inscription est prioritaire dans la lutte contre la précarité.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct