Cour-sur-Heure: des vaches qui meurent subitement, à cause d’une ligne haute tension?

Benoit Marlier a vécu, avec son frère Olivier, la lente agonie du troupeau. Les agriculteurs pointent du doigt une ligne haute tension enterrée dans la rue qui borde les étables.
Benoit Marlier a vécu, avec son frère Olivier, la lente agonie du troupeau. Les agriculteurs pointent du doigt une ligne haute tension enterrée dans la rue qui borde les étables. - J.-P. D.V.

Aucun bruit ne parvient de l’étable. On dirait qu’elle a perdu son âme. C’est qu’il y avait là jusqu’à 400 vaches. Jusqu’à ce qu’elles commencent à avoir des comportements étranges, refusant d’aller tout au fond des lieux, et qu’elles finissent par refuser de boire et de s’alimenter. Même le lait qu’elles produisaient en moindre quantité n’était pas considéré comme buvable. Las, les frères agriculteurs ont jeté le gant, pointant du doigt la ligne à haute tension de 150.000 volts enterrée dans la rue qui borde la ferme. Et en attendant d’obtenir des réponses, ils ont reconverti leur exploitation pour la culture, après six générations consacrées à l’élevage…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct