Violences domestiques: les interdictions de résidence de conjoints en hausse lors du premier confinement

Il y a eu davantage d’interdictions de résidence lors du premier confinement.
Il y a eu davantage d’interdictions de résidence lors du premier confinement. - Agence

Au premier confinement, le ministère public a ordonné davantage d’interdictions de résidence, un dispositif qui permet d’éloigner le conjoint ou un membre de la famille en cas de violence domestique, rapportent mardi les journaux du groupe Sudpresse.

Entre le 13 mars et le 5 septembre 2020, les parquets d’Anvers (58), du Limbourg (57), de Mons-Tournai (9), de Charleroi (3), du Luxembourg (3) et de Flandre-Occidentale (2) ont ordonné un total de 132 interdictions de résidence.

Comparativement aux 702 interdictions de résidence prononcées de 2015 à 2019, c’est quasi deux fois plus.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct