Luna Rossa, le tapis volant construit en plein Covid en Lombardie

Les foils, au lieu de fendre l’air, soulèvent le bateau, réduisant ainsi la surface immergée.
Les foils, au lieu de fendre l’air, soulèvent le bateau, réduisant ainsi la surface immergée. - Groupe Persico

Le voilà, le four où a été cuite la coque de Luna Rossa, le tapis volant. Il s’agit d’une grande boîte de 24 mètres de long et de 8 mètres de large, la plus volumineuse de la travée dans laquelle sont réalisés les projets « top secret ». En tout, quatre cuissons de dix heures ont été nécessaires à l’assemblage de la coque du bateau, au compactage du carbone et à la consolidation des liaisons des structures. Au total, ce sont quarante personnes qui ont participé à la construction du bateau, une prouesse qui a nécessité trois ans de construction, pour un total de 120.000 heures de travail. Et le résultat, le voilà (en deux exemplaires) : il s’agit de Luna, le bateau noir que nous avons vu planer sur les vagues d’Auckland lors de la Prada Cup remportée dimanche dernier face aux Britanniques.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct