«Devenir quelqu’un», de Willy Vlautin: le destin contrarié d’un boxeur

Willy Vlautin.
Willy Vlautin. - Albin Michel.

Horace Hopper, la vingtaine, rêve d’être boxeur. Un grand boxeur, un champion comme ceux dont les portraits découpés dans une revue ornent le mur du camping-car où il habite. Ses modèles sont tous mexicains tandis qu’Horace est « moitié blanc, moitié Indien païute ». Ses origines ne correspondent donc pas à l’image qu’il se fait de lui-même dans son avenir glorieux et il se rebaptise « Hector Hidalgo ». Tout le monde prendra pour argent comptant la nationalité mexicaine à laquelle ses traits renvoient d’ailleurs aisément.

Horace, sous son nom officiel ou son patronyme choisi, est la figure remarquable dont Willy Vlautin fait le héros de Devenir quelqu’un, son cinquième roman traduit en français depuis quinze ans. Et, une fois encore, un livre qui marque les esprits comme les coups marquent le visage et le corps d’Horace.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct