Nous sommes tous désheurés

Nous sommes tous désheurés
D.R.

Vous connaissez Léopold Courouble ? Cet écrivain né en 1861 et mort en 1937 a décrit avec verve et tendresse les petits-bourgeois bruxellois de la Belle Epoque dans une série de romans succulents : La famille Kaekebroeck, Pauline Platbrood, Les cadets de Brabant, Mme Kaekebroeck à Paris… qu’on ne trouve pratiquement plus que dans les bouquineries. C’est précisément chez Pêle-Mêle, à Bruxelles, en fouillant dans le riche rayon de littérature belge, que j’ai déniché Le mariage d’Hermance, un des romans de mœurs bruxelloises de Courouble, publié en 1905. C’était ici l’édition La Renaissance du Livre de 1926. Couverture cartonnée, bon état, 234 pages agréables. Hermance Platbrood est la sœur de Pauline qui, dans le roman qui porte son nom, a épousé Joseph Kaekebroeck. Hermance, elle, aussi mignonne et avisée que sa sœur, s’entichera de Pierre Dujardin, « premier commis au Ministère » et bien de sa personne. L’histoire commence avec celui-ci, au matin de la journée bénie de leur première rencontre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct