Bras de fer mortel entre un détenu et le gouvernement grec

«Non au meurtre de Dimitris Koufodinas» clament les manifestants.
«Non au meurtre de Dimitris Koufodinas» clament les manifestants. - afp

Un bras de fer peut-être mortel est en cours entre le gouvernement de Kyriakos Mitsotakis, leader de Nouvelle Démocratie (droite), et un prisonnier, Dimitris Koufodinas, ex-ennemi public numéro 1 et membre de l’organisation d’extrême-gauche « 17 novembre » condamné pour assassinats. Le détenu ne s’alimente plus depuis 51 jours, ne s’hydrate plus depuis 8 jours. Il est en soins intensifs à l’hôpital de Lamia, dans le centre du pays. Selon un communiqué médical publié samedi soir, « son état de santé s’est considérablement détérioré ». La Grèce risque de devenir le premier État membre de l’Union Européenne à laisser mourir un gréviste de la faim. Les derniers prisonniers politiques morts dans ces conditions étaient Bobby Sands et neuf autres républicains nord-irlandais, au Royaume-Uni en 1981.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct