Bolsonaro pousse à l’extrême la militarisation du Brésil

Une question taraude bien des gens: les militaires vont-ils rentrer dans leurs casernes si en 2022, Bolsonaro perd les élections ?
Une question taraude bien des gens: les militaires vont-ils rentrer dans leurs casernes si en 2022, Bolsonaro perd les élections ? - Reuters

Voilà bien une des rares promesses tenues par le président Bolsonaro, faite dès la campagne présidentielle en 2018 : militariser au maximum sa gestion. Qu’on en juge ! A la mi-mandat, 10 ministres, 16 dirigeants d’entreprises publiques et une kyrielle de postes administratifs – 6.125 selon une enquête du Tribunal des comptes –, sont aujourd’hui occupés par les militaires.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct