Démission de Galant et mauvaise passe pour la suédoise

© Pierre-Yves Thienpont / Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont / Le Soir

Justifiant son départ lors d’une brève allocution, vendredi à son cabinet ministériel, Jacqueline Galant a invoqué des raisons liées exclusivement à l’exercice de sa mission, qu’elle n’était plus à même d’assurer, explique-t-elle, parce qu’elle ne pouvait plus « travailler avec sérénité », désignant Laurent Ledoux, le patron du SPF Mobilité, sa « croisade médiatique », sa « capacité de destruction », « la mise en scène de sa démission », sa « façon de surfer sur le climat d’inquiétude », « ses propos accusateurs relayés par certains ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct