UE: Frontex accusée d’incarner l’«Europe forteresse»

Une patrouille de Frontex en mission sur le terrain, en juillet 2019, à la frontière gréco-albanaise: une agence dans la tourmente...
Une patrouille de Frontex en mission sur le terrain, en juillet 2019, à la frontière gréco-albanaise: une agence dans la tourmente... - Reuters

C’est potentiellement ce que les Anglo-Saxons appellent la « tempête parfaite », la « poly polémique » qui couve chez Frontex, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes.

Entre les accusations de fermer les yeux ou de participer à des refoulements illégaux de migrants, l’enquête de l’Office anti-fraude sur des allégations de harcèlement et d’inconduite ayant poussé des responsables à quitter l’agence ou l’absence, à ce jour, de recrutement des quarante agents chargés de veiller au respect des droits fondamentaux, Frontex accumule les tuiles.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct