lesoirimmo

Sarkozy: la quête de la vérité et le principe d’égalité

FRANCE SARKOZY TRIAL
EPA.

On connaît la phrase de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » C’est le vieux soupçon et cela demeure une réalité dans nombre de pays où la justice protège les puissants et les riches, où une justice « complice » n’exerce plus son rôle de contre-pouvoir indépendant, rouage essentiel en démocratie.

Ce lundi, une présidente de tribunal a fait mentir cet adage avec une force de frappe spectaculaire au vu du rang et de la personnalité de l’accusé. C’est un ex-président de la République française mais c’est aussi un certain Nicolas Sarkozy qui a été condamné de façon implacable par la qualification des faits commis – pacte de corruption –, par la qualification morale des actes jugés -« ces délits ont porté gravement atteinte à la confiance publique » – et par la peine infligée - trois ans dont, surtout, un an de prison ferme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct