Les femmes belges dans le camp de réfugiés d’Al-Hol, en Syrie, introuvables

Les femmes belges dans le camp de réfugiés d’Al-Hol, en Syrie, introuvables

Une équipe belge de médecins et psychologues devait normalement se rendre la semaine passée dans le camp de déplacés d’Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, afin de prélever des échantillons ADN sur certains enfants pour déterminer s’ils sont belges et, ainsi, organiser leur rapatriement. Mais le départ n’a pas eu lieu car le chaos règne dans ce camp sous administration autonome kurde, qui a récemment décidé de permettre à des milliers de personnes, dont des étrangers et des proches de combattants de l’État islamique (EI), de quitter le camp, bondé, rapporte mardi le quotidien De Morgen.

Les experts belges devaient prélever des échantillons sur Nora Verhoeven et ses enfants présumés. Mais cette dernière, qui est partie pour la Syrie en 2013 et a été condamnée deux ans plus tard durant le procès de la mouvance Sharia4Belgium, est introuvable.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct