L’infectiologue Erika Vlieghe s’explique pour désamorcer la polémique

Dans une avalanche de critiques, l’infectiologue a plus que vraisemblablement payé son statut d’expert «annonciateur de mauvaises nouvelles» et «privateur de libertés».
Dans une avalanche de critiques, l’infectiologue a plus que vraisemblablement payé son statut d’expert «annonciateur de mauvaises nouvelles» et «privateur de libertés». - Mathieu Golinvaux.

La crise sanitaire avec son cortège de morts, de malades, de restrictions, de moments de détresse, de difficultés économiques met la société belge à rude épreuve. Après un an de pandémie, les nerfs de tout un chacun sont à vif, les sensibilités exacerbées, les colères plus promptes que jamais et les réactions souvent au vitriol.

L’infectiologue anversoise Erika Vlieghe a pu le mesurer pleinement ces derniers jours. Dimanche, sur le plateau de De Zevende Dag, elle a soulevé une tempête en déclarant : « Si on ne cesse de se répéter entre nous “C’est horrible et on n’en peut plus”, alors c’est sûr que l’on n’en pourra plus. Je ne veux en aucune manière nier à quel point c’est très lourd pour tout le monde et certainement pour toute une série de groupes, comme beaucoup de gens à risque ou nos jeunes, c’est incontestable. Mais, à l’inverse, je pense, je l’ai déjà dit et maintenant je vais le mettre sur mon pull, que nous devons arrêter de pleurnicher. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct