«Nous ne pouvons plus accepter que des Etats, notamment occidentaux, bombardent les civils et détruisent des villes»

Dans les ruines de Raqqa, en octobre 2018: «La coalition dirigée par les Etats-Unis pour chasser Daesh a transformé la ville en un champ de ruines».
Dans les ruines de Raqqa, en octobre 2018: «La coalition dirigée par les Etats-Unis pour chasser Daesh a transformé la ville en un champ de ruines». - Reuters

Entretien

Du 3 au 5 mars, une centaine de pays, dont la Belgique, réunis en ligne par l’International Network on Explosive Weapons - Inew -, vont discuter du texte d’un futur accord international contre les bombardements urbains. Ce réseau veut réitérer les succès obtenus en 1997 par la coalition d’ONG qui avait réussi à ce que soit signée à Ottawa la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel. Une initiative du même genre avait abouti, en 2008, à la signature à Oslo de la Convention sur les armes à sous-munitions, interdisant leur utilisation. Alma Al-Osta, chargée de plaidoyer sur le désarmement et la protection des civils pour Handicap International à Bruxelles, nous explique cette initiative.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct