«Idiot de jouer au brouilleur mais…»

Ce n’est forcément pas son genre de rechigner à la tâche, de sauter des relais. Mais, sur le coup, Mathieu van der Poel n’a guère eu d’autre option à la sortie de l’ultime secteur pavé, alors qu’il brillait pourtant en tête de course. « Je me sentais toujours extrêmement bien mais je ne pouvais plus mettre de force sur mon guidon. Il manquait toute une partie inférieure qui s’est cassée dans le secteur », expliquait à peine l’effort bouclé le champion des Pays-Bas, son guidon brisé sec au niveau d’une cocotte tenant par le câble de frein, le reste étant resté sur les pavés. « Du coup, dans cet état-là, je ne pouvais plus sprinter, c’était impossible de faire mon truc. J’ai donc dit à l’équipe qu’on allait rouler pour Tim (Merlier) et j’ai tout fait pour paralyser le petit groupe dans lequel je me trouvais. C’est un peu idiot de jouer comme ça au brouilleur, à celui qui tue l’offensive mais bon, je n’avais pas d’autre choix ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct