Energie: quand la Boucle du Hainaut était vue d’un bon œil

Energie: quand la Boucle du Hainaut était vue d’un bon œil
Reuters

S’il y a bien un dossier qui risque d’empoisonner la vie du gouvernement régional et de l’ensemble de la classe politique wallonne jusqu’à la fin de la législature, c’est celui de la Boucle du Hainaut, ce méga-investissement d’Elia : une ligne aérienne à très haute tension (380 kV), soit 85 km entre Avelgem sur la frontière linguistique, du côté de la Wallonie picarde, et Courcelles aux portes de Charleroi. Quatorze communes devraient être traversées par cette infrastructure.

C’est peu dire que tous les partis sont gênés aux entournures par ce dossier qui concerne quatre arrondissements électoraux et des entités où les majorités sont à géométrie variable. Tout l’échiquier politique suit forcément la procédure de près alors que sur le terrain, les riverains potentiels ont uni leurs forces dans un comité commun (ReVolht) qui s’oppose avec détermination au projet d’Elia, mais qui laisse la place au dialogue.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct