Pour la Commission, la discipline budgétaire, revue et corrigée, ne reviendra pas avant 2023

Pour Paolo Gentiloni, le commissaire aux Affaires économiques, l’Union doit bien comprendre que le grand risque est de rater la sortie de crise. © Belga.
Pour Paolo Gentiloni, le commissaire aux Affaires économiques, l’Union doit bien comprendre que le grand risque est de rater la sortie de crise. © Belga.

Les règles budgétaires européennes, qui limitent les déficits et imposent des trajectoires de consolidation des finances publiques, devraient être suspendues en 2022 pour la troisième année consécutive, a expliqué ce mercredi la Commission, précisant que la décision définitive sera prise en mai, en accord avec les Etats membres.

Cette clause dérogatoire générale avait été activée pour la première fois en mars de l’an dernier. Elle a permis aux Etats membres de mettre en œuvre des mesures de soutien socio-économiques d’une ampleur inimaginable il y a à peine plus d’un an.

Selon les estimations de la Commission, le soutien budgétaire à l’activité économique, incluant tant les stabilisateurs automatiques que les mesures discrétionnaires, aurait atteint, l’an dernier, « environ 8 % du PIB » au sein de l’Union européenne, « soit nettement plus que lors de la crise de 2008-2009 » – mais… nettement moins qu’aux États-Unis (17 % du PIB).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct