2020: un très mauvais cru pour Brussels Airlines

Nina Öwerdieck, la directrice financière, devra relever le défi de hisser les résultats de la compagnie belge au niveau des autres compagnies «autonomes» du groupe Lufthansa après avoir redressé sa situation financière. © Belga.
Nina Öwerdieck, la directrice financière, devra relever le défi de hisser les résultats de la compagnie belge au niveau des autres compagnies «autonomes» du groupe Lufthansa après avoir redressé sa situation financière. © Belga.

Depuis le 15 juin 2020, Brussels Airlines affirme ne plus opérer de vols qui ne soient « cash positifs ». Mais ça ne veut pas dire pour autant que la compagnie aérienne belge a gagné de l’argent. Le bilan financier 2020 qu’elle vient de présenter le prouve, il y a des moins partout : une perte de 293 millions au total, un chiffre d’affaires en chute de 72 % (414 millions) alors qu’une majorité de frais fixes restaient dus (loyers, assurances, location des avions…), 77 % de passagers en moins (2,4 millions contre 10,3 en 2019), un taux moyen d’occupation des avions de 68 % (81,5 % en 2019)… la liste est longue. Si elle veut marquer des éléments positifs, la direction de la compagnie souligne la capacité de réduire les coûts opérationnels (-53 %), une fois de plus l’apport positif des liaisons vers l’Afrique et, enfin, l’opportunité du plan Reboot (qui était déjà initié avant la crise) de réduction de la compagnie en personnel (passé de 3.811 à 3.124) et en avions (de 48 à 38).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct