Polémique à Standard-Bruges: pourquoi il n'y avait pas le VAR

Photonews
Photonews

Le déchaînement des passions vécu hier soir à Sclessin devait forcément engendrer un effet boomerang à l’encontre de la Pro League. En date du 16 février, elle avait en effet décidé de ne pas accéder à la demande expresse de son CEO Pierre François qui souhaitait que le dispositif VAR soit mis en place dès les quarts de finale. Nous nous sommes procuré le procès-verbal de la réunion (PV nº8/2020-21) où les 10 administrateurs étaient mentionnés comme étant présents. Et le document est clair, tout comme le communiqué officiel, certes plus succinct, qui a suivi. « Monsieur François avait souhaité intégrer le VAR dès les quarts de finale de la Crocky Cup. Il précise que l’une des quatre rencontres – en l’occurrence Eupen-Gand, n’était pas télévisé. Le Conseil en prend acte et considère en conséquence que le VAR ne sera pas en fonction au niveau des quarts de finale, et ceci dans le respect de l’égalité entre tous les clubs engagés. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct