Coronavirus - Les agences de voyage sous le choc face au maintien de l'interdiction de voyager

"Les réservations du premier trimestre représentent normalement 36% des ventes annuelles, nous sommes cette année à 1%", souligne Anne-Sophie Snyers. "Et on ne nous présente aucun argument probant pour justifier ce nouveau report!"

À ces ventes quasi inexistantes s'ajoute le problème des bons à valoir émis durant le premier confinement, entre le 20 mars et le 19 juin, et qui, un an plus tard, arrivent donc à échéance. Afin de protéger le secteur des vacances à forfait de la faillite, le gouvernement avait en effet mis en place un système de vouchers pour indemniser les voyageurs dont l'escapade avait été annulée en raison de la crise du coronavirus. Ces bons donnent droit à un remboursement si, arrivés à leur terme, ils n'ont pas été utilisés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct