Dix leaders européens plaident pour donner sa place à la femme dans l’après-covid

Dix leaders européens plaident pour donner sa place à la femme dans l’après-covid
Pierre-Yves Thienpont.

La relance post-covid sera aussi un test pour les droits des femmes.

La Journée internationale des femmes a une tonalité particulière cette année. Et à plusieurs égards. Cela fait précisément 110 ans que cette Journée a été célébrée pour la première fois ; plus d’un million de femmes et d’hommes avaient alors uni leurs forces et fait entendre leurs voix pour réclamer l’égalité en matière de droits.

Ce 8 mars 2021 est aussi un moment charnière. Au cours de l’année écoulée, la vie a été, pour un temps, mise en suspens pour bon nombre d’entre nous par la pire crise sanitaire que nous ayons connue depuis des générations. Alors qu’elles étaient en première ligne dans la lutte contre la pandémie dans nos hôpitaux et nos maisons de repos, les femmes ont été touchées de manière disproportionnée par le virus, payant le prix le plus fort tant sur le plan économique que social. La violence domestique et fondée sur le genre a augmenté, les femmes ont assumé une plus grande part des tâches ménagères et les chiffres mensuels du chômage d’Eurostat montrent que si le taux de chômage des hommes est passé de 6,2 % à 7,1 % en décembre 2020, l’augmentation chez les femmes a été plus marquée, passant de 6,7 % à 7,9 %.

Dans les années à venir, nous devons reconstruire nos sociétés et nos économies pour les rendre meilleures. Si nous voulons croître et prospérer dans le monde de l’après-covid, nous avons besoin d’une approche plus inclusive capable de mobiliser tous les talents, y compris ceux des femmes.

Comment ?

Premièrement, nous devons dépasser les débats idéologiques qui appartiennent au passé. L’égalité entre les femmes et les hommes est inscrite à l’article 23 de la Charte des droits fondamentaux. Ce droit est non négociable. C’est l’un des piliers fondamentaux sur lesquels nous avons construit nos sociétés européennes.

Deuxièmement, plus que jamais, nous devons échafauder une argumentation économique en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. Car si l’égalité des sexes est bien sûr moralement bonne, elle permet aussi le progrès social et économique. Quand les femmes ont la possibilité de prospérer, les sociétés prospèrent. Les sociétés où l’égalité des genres est respectée sont plus riches, dans tous les sens du terme. Et toutes les recherchent l’indiquent : les économies où règne l’égalité hommes-femmes sont plus performantes.

Notre capacité à reconstruire en mieux dépendra des choix que nous ferons lors de la mise en œuvre de nos plans de relance post-covid. C’est une occasion unique de reconstruire plus efficacement et de manière plus inclusive, en garantissant la participation des femmes à l’économie et en s’attaquant aux inégalités de revenus. Si nous voulons construire une résilience économique à long terme, une fois la page du covid tournée, nous devrons nous attaquer aux problèmes liés au genre qui ont empêché les femmes de bénéficier de l’égalité des droits et des opportunités. C’est pour cette raison que nous devons intégrer dans nos plans de relance européens des approches fructueuses fondées sur l’égalité hommes-femmes. L’égalité des genres et, plus généralement, l’inclusion sont des moteurs de transformation importants pour le renouvellement de nos économies après la pandémie. Si nous parvenons à libérer tout le potentiel économique et entrepreneurial des femmes, nos efforts de relance déboucheront sur des économies et des sociétés plus fortes et plus résilientes.

Troisièmement, nous devons intensifier nos efforts internationaux. Les femmes et les filles sont souvent les premières victimes des crises. Cela s’est à nouveau vérifié lors la pandémie de covid. Cette grave crise sanitaire a mis en évidence la situation vulnérable des filles et des femmes dans de nombreuses régions du monde, en particulier dans les États fragiles et touchés par des conflits. Il est important que la nouvelle administration américaine soit de retour à la table des négociations pour lutter, avec nous, en faveur des droits des filles et des femmes du monde entier. En tant que leader mondial du développement, l’Europe a une responsabilité particulière. Nous devons déployer tous les efforts possibles pour que sa réponse humanitaire et de développement à la pandémie de covid comprenne l’amélioration de l’accès des filles et des femmes à l’enseignement et aux soins de santé, y compris la promotion de la santé et des droits sexuels et reproductifs, et le soutien des filles et des femmes dans leur cheminement vers l’indépendance économique.

Publier une opinion sur la Journée internationale des droits des femmes ne suffira bien évidemment pas. Cela demandera un effort beaucoup plus soutenu sur de nombreuses années. Saisissons ce moment pour construire des sociétés plus inclusives et plus solidaires où prime l’égalité des droits, sur le papier mais aussi dans la vie de tous les jours. Cela autonomisera les femmes, mais aussi les hommes. Car l’égalité des droits est un progrès pour tous ; elle libère aussi les hommes des rôles et stéréotypes traditionnels.

Facile non. Possible oui.

*Alexander De Croo, Premier ministre de Belgique

Xavier Bettel, Premier ministre de Luxembourg

Klaus Iohannis, Président de Roumanie

Kaja Kallas, Première ministre d’Estonie

Stefan Löfven, Premier ministre de Suède

Sanna Marin, Première ministre de Finlande

Micheál Martin, Premier ministre d’Irlande

Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre de Grèce

Pedro Sánchez, Premier ministre d’Espagne

Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches