lesoirimmo

La chronique «Alternatives»: «Reconnaître un crime»

Le président français Emmanuel Macron a reconnu la responsabilité de la France dans l’assassinat de l’avocat algérien Ali Boumendjel en 1957.
Le président français Emmanuel Macron a reconnu la responsabilité de la France dans l’assassinat de l’avocat algérien Ali Boumendjel en 1957. - AFP.

C’était en 1957.

J’étais alors étudiant à la Sorbonne. Je prenais des notes que m’inspirait l’actualité. Ce jour-là, je relève l’information selon laquelle l’avocat algérien Ali Boumendjel, arrêté par des parachutistes français, se serait suicidé en se jetant par la fenêtre de l’immeuble dans lequel il était soumis à interrogatoire. Ali Boumendjel, précisons-le, faisait partie, au sein du mouvement nationaliste FLN auquel il s’était rallié, de la mouvance libérale bourgeoise de centre-droit. J’ajoutais, j’en ai retrouvé la trace : « En réalité, il a été torturé et a été ensuite liquidé ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct