Papillomavirus: pourquoi il faut aussi vacciner les garçons

Papillomavirus: pourquoi il faut aussi vacciner les garçons

Pour beaucoup, le nom de papillomavirus n’évoque que vaguement une maladie contre laquelle les jeunes filles doivent se faire vacciner à l’adolescence. C’est pourtant l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente. On estime en effet que 80 % de la population seront un jour en contact avec ce virus, dont la moitié entre 15 et 24 ans. Si les conséquences du Human Papillomavirus, ou HPV, sont le plus souvent bénignes, certaines formes de ce virus sont connues pour être oncogènes. Autrement dit, elles peuvent induire des lésions précancéreuses qui, à terme, deviendront cancéreuses. « On parle ici de cancers du col utérin, de la vulve ou encore du vagin chez les femmes. Mais contrairement à ce que certains pensent, le papillomavirus concerne aussi les hommes. Des cancers de l’anus mais aussi des cancers oropharyngés peuvent être provoqués par ce virus tant chez la femme que chez l’homme », précise le Pr Frédéric Kridelka, directeur du Département de gynécologie-obstétrique du CHU de Liège.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct