lesoirimmo

Le train de la reprise n’attendra pas l’Europe

La Chambre a entamé le vote du texte.
La Chambre a entamé le vote du texte. - AFP.

Vu d’ici, le plan de soutien socio-économique du président Biden peut apparaître contestable, sinon dans son principe, tout au moins dans son ampleur. Pensez donc : 1.900 milliards de dollars (soit près de 9 % du PIB prépandémique), qui s’ajoutent aux 900 milliards, validés par le précédent locataire de la Maison-Blanche à la fin de l’an passé.

L’économie américaine en a-t-elle besoin, alors que la chute s’est avérée nettement moins forte qu’en Europe l’an passé et, surtout, que les conjoncturistes s’attendent déjà à un rebond de 6 % cette année ?

En 2020, l’Etat fédéral avait mis en œuvre une impulsion budgétaire de près de 17 % du PIB – presque deux fois plus importante qu’en Europe.

Aujourd’hui, la nouvelle administration redoute par-dessus tout que la reprise ne soit pas suffisante pour remettre les Américains au travail.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct