Luxembourg: ce si indispensable fonds des frontaliers belgo-luxembourgeois

Le ministre Van Peteghem se dit confiant pour renégocier l’accord belgo-luxembourgeois. Wait and see!
Le ministre Van Peteghem se dit confiant pour renégocier l’accord belgo-luxembourgeois. Wait and see! - D.R.

Le fonds des frontaliers est une dotation qui n’est pas insignifiante pour un certain nombre de communes frontalières belges, surtout pour celles qui comptent un pourcentage important de travailleurs frontaliers. Ce fonds initié en son temps par le député-bourgmestre attertois Josy Arens mais qui a été baptisé en 2001 du nom des signataires, Reynders-Juncker, pèse 34 millions d’euros annuellement. Il a fallu des années de persuasion pour qu’il voie le jour et entre en fonction. Il est en fait une compensation pour ces communes qui ne perçoivent pas d’IPP (impôts sur les personnes physiques) parce qu’un impôt est perçu à la source par le pays de travail, tout cela en vertu d’un traité permettant d’éviter la double imposition. Mais on n’est plus au temps où il n’y avait que quelques travailleurs minoritaires dans le cas. Pour des communes comme Aubange, Messancy et Attert, on parle de 55 à 65 % de sa population active ! Une population qui avait besoin de services dans les communes où ils résident mais sans y verser d’impôts.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct